Un déménagement en perspective

Waterloo: à l’étroit, l’Institut des Sacrés-Coeurs va quitter le centre ville

C’est une révolution qui se prépare pour les élèves et les enseignants de l’Institut des Sacrés-Cœurs de Waterloo. Leur école implantée depuis plus de 150 ans en plein centre de la commune, en face du musée Wellington, va déménager.

Comme d’autres établissements scolaires situés en cœur de ville, l’Institut des Sacrés-Cœurs manque de place et ne dispose d’aucune possibilité d’extension. « Avec l’école fondamentale, nous hébergeons ici un peu moins de 1 100 élèves et nous sommes sur une surface beaucoup trop restreinte, explique Patrick Dekelver, le directeur. Nous sommes largement en-deçà des normes de surface par rapport au nombre d’élèves que nous avons. Notre chance, c’est que nos élèves ne posent pas trop de problèmes et que les choses se passent correctement. Mais il fallait absolument trouver une solution ».

Doubler la superficie

La solution, c’est donc un déménagement programmé dans quatre ou cinq ans si tout va bien, sur une zone d’un peu plus d’un hectare située à la limite entre Waterloo et Rhode-Saint-Genèse, près de la gare de Waterloo. Les plans n’ont pas encore été dessinés mais les besoins sont identifiés: 8 900 mètres carré, soit plus du double de la surface actuelle. Un hall omnisports devrait également sortir de terre.

Le coût du projet a pour l’instant été chiffré à 17,5 millions d’euros. Un promoteur va racheter les locaux actuels, ce qui permettra à l’école de payer le terrain et la construction des nouveaux bâtiments. L’Institut des Sacrés-Coeurs devra tout de même contracter un emprunt complémentaire pour boucler le budget.

Le 10 février, le projet sera vraiment lancé, avec la signature d’une convention entre le pouvoir organisateur de l’école et le promoteur, ainsi que la paroisse Saint-Joseph et l’Archevêché de Malines Bruxelles qui sont les propriétaires des bâtiments. « Une fois que la convention sera signée, précise encore le directeur, nous ferons appel à un maitre d’œuvre qui va gérer le dossier. C’est à ce moment-là que nous pourrons imaginer comment concevoir l’espace dans la nouvelle école ».

Source : RTBF